JUSTICE
Chambre criminelle de
Cour de cassation
            CONVENTION INTERNATIONALE
SURETE NUCLEAIRE
(Vienne 1994)
         
                                                                                                                                                                                   
         
     
  La Chambre criminelle de la Cour de cassation met en pièces la Convention Internationale sur la Sûreté nucléaire
Paris Juin-2005

Tommaso Fronte, dans le cadre de son travail soumis aux règles de sûreté nucléaire, a identifié des carences auxquelles il n’a pas adhéré, et qui touchent au moins sept exigences minimales de la Convention Internationales de Sûreté Nucléaire . Il a rapporté les non-conformités par devoir professionnel et il a été licencié, dénigré , harcelé de manière très organisée . Comble des transgressions , il a été condamné par quatre arrêts de la Chambre criminelle de Cour de Cassation . Ces quatre décisions de justice condamnent uniquement T. Fronte, le rapporteur des irrégularités , et sauvegardent un réseau de complicités ou de complaisances qui prospère avec des pratiques à échelle internationale . Les irrégularités organisées ou tolérées à différents niveaux de responsabilité ont été blanchies par la Chambre criminelle de Cour de cassation. Dans ces conditions , la Convention pour la Sûreté Nucléaire n'est qu'un masque pour entretenir l'illusion de la légalité.

  Supreme Court cuts corners  
   
   
 
Convention Internationale sur la Sûreté Nucléaire
Vienne 1994 - France, Loi 95-865 .

 
 

Préambule

 
 
LES PARTIES CONTRACTANTES,

    i)  conscientes de l'importance pour la communauté internationale qu'il soit fait en sorte que l'utilisation de l'énergie nucléaire soit sûre, bien réglementée et écologiquement rationnelle ;

    ii)  réaffirmant la nécessité de continuer à promouvoir un haut niveau de sûreté nucléaire dans le monde entier ;

   iii)  réaffirmant que la responsabilité de la sûreté nucléaire incombe à l'Etat sous la juridiction duquel se trouve une installation nucléaire ;

   iv)  désireuses de promouvoir une véritable culture de sûreté nucléaire ;

   v)  conscientes que les accidents survenant dans les installations nucléaires peuvent avoir des incidences transfrontières ;

   vi)  ayant présentes à l'esprit la Convention sur la protection physique des matières nucléaires (1979), la Convention sur la notification rapide d'un accident nucléaire (1986) et la Convention sur l'assistance en cas d'accident nucléaire ou de situation d'urgence radiologique (1986) ;

    vii)  affirmant l'importance de la coopération internationale pour améliorer la sûreté nucléaire par le biais des mécanismes bilatéraux et multilatéraux existants et de l'élaboration de la présente Convention incitative ;

   viii)  considérant que la présente Convention comporte l'engagement d'appliquer des principes fondamentaux de sûreté pour les installations nucléaires plutôt que des normes de sûreté détaillées et qu'il existe, en matière de sûreté, des orientations définies au niveau international qui sont actualisées de temps à autre et qui peuvent donc donner des indications sur les moyens les plus récents d'atteindre un haut niveau de sûreté ;

   ix)  affirmant la nécessité d'entreprendre rapidement l'élaboration d'une convention internationale sur la sûreté de la gestion des déchets radioactifs dès que le processus d'élaboration des fondements de la sûreté de la gestion des déchets qui est en cours aura abouti à un large accord international ;

   x)  considérant qu'il est utile de poursuivre les travaux techniques sur la sûreté d'autres parties du cycle du combustible nucléaire et que ces travaux pourraient, à terme, faciliter le développement des instruments internationaux actuels ou futurs, sont convenues de ce qui suit :
 
_     _
       
   
     
                  Préambule  
                     
  CHAPITRE Ier. OBJECTIFS, DEFINITIONS ET CHAMP D'APPLICATION  
      ART.1 Objectifs  
                  ART.2  Définitions  
                  ART.3 Champ d'application  
  CHAPITRE II. OBLIGATIONS  
  A. - Dispositions générales  
                  ART. 4 Mesures d'applications  
                  ART. 5 Présentation des rapports  
                  ART. 6 Installations nucléaires existantes  
  B. - Législation et réglementation  
                  ART. 7 Cadre législatif et réglementation  
                  ART. 8 Organisme de réglementation  
                  ART. 9 Responsabilité du titulaire d'une autorisation  
  C. - Considérations générales de sûreté  
    ART. 10  Priorité à la sûreté   
    ART. 11  Ressources financières et humaines
    ART. 12  Facteurs humains
    ART. 13  Assurance de la qualité  
    ART. 14  Evaluation et vérification de la sûreté  
      ART. 15 Radioprotection  
      ART. 16 Organisation pour les cas d'urgence  
  D. - Sûreté des Installations  
        ART. 17 Choix de site
    ART. 18  Conception et construction  
    ART. 19  Exploitation
  CHAPITRE III. REUNION DES PARTIES CONTRACTANTES  
                  ART. 20 Réunion d'examen  
                  ART. 21 Calendrier  
                  ART. 22 Arrengements relatifs à la procédure  
                  ART. 23 Réunions extraordinaires  
                  ART. 24 Participation  
                  ART. 25 Rapports de synthèse  
                  ART. 26 Langues  
                  ART. 27 Confidentialité  
                  ART. 28 Secretariat  
  CHAPITRE IV. CLAUSES FINALES ET DISPOSITIONS DIVERSES  
                  ART. 29 Réglement des désaccords  
                  ART. 30 Signature, ratification, acceptation