L'taffaire Alfred Dreyfus transposée au nucléaire et infligée à Tommaso Fronte
   



 
                             
    home                        
                             
     

Face cachée du centenaire de l'affaire Dreyfus .

Quatre arrêts de la Cour de Cassation confèrent pleine légalité à des machinations similaires à celles de l'affaire Dreyfus; les services de l'Etat peuvent ainsi s'attaquer à un innocent et le détruire de manière délibérée.
Les procédés en question ont été utilisés pendant le centenaire de l'affaire Dreyfus et anéantissent le sens des discours officiels élaborés par les hautes personnalités .
 
                             
        Lettre au Ministre de la Justice              
                             
                           
     

 

     
                        Saint Leu , le 13 octobre 2006            
     

 

     
     

 

     
                    Monsieur le Garde des Sceaux,

La Chambre criminelle de la Cour de cassation a rendu quatre arrêts de justice qui sont la négation même de l’arrêt de réhabilitation d’Alfred Dreyfus. Ils consacrent la condamnation d’une seule et unique personne, moi , ingénieur chargé de matériel classé au plus haut des critères de sûreté nucléaire.

J’aurais dû approuver des documents inexistants , ignorer des incidents sur des réacteurs nucléaires en exploitation… J’ai dit non et j’ai été détruit . Voici quelques aspects d’une situation hallucinante.
1) Les quatre arrêts font lettre morte de la Convention Internationale sur la Sûreté Nucléaire (Vienne 1994). La Convention s’oppose à la livraison de matériels nucléaires sans dossier de sûreté conforme ; son abrogation judiciaire favorise un commerce téméraire, digne d’une mafia . La Cour n’a rien vu.

2) Les quatre arrêts de cassation sont un rempart en faveur des officines qui ont forgé des preuves ou abrité des individus sans scrupules. J’en suis victime et, même sans déportation au bagne comme dans l’affaire Dreyfus, j’ai subi des opérations dignes d’une mafia organisée. La Cour n’a rien vu.

[...]

Les quatre arrêts ont été soustraits de l’attention du public [...] le Président de la Cour de cassation [...] a condamné la persécution dans un cas connu, Alfred Dreyfus, mais il l’a occultée dans mon cas qui est inconnu ; prêchant une chose et appliquant son contraire, le Président s’est livré à une mascarade. [...]

Je dénonce ce qui est un acte de défiance contre la commémoration nationale de l’affaire Dreyfus et demande, Monsieur le Garde des Sceaux, que vous preniez les mesures pouvant rétablir la situation.
           
                                 

T. Fronte