L'affaire Alfred Dreyfus transposée au nucléaire et infligée à Tommaso Fronte
 




 
                                                 

 

Comité scientifique et éthique d'Areva

Membres du Comité     lettre au Prof. CHARPAK     réponse du Prof. CHARPAK     Lettre au Comité: F. Ewald...

La réponse du Prof. CHARPAK étant singulière, une lettre est envoyée aux différents membres du Comité scientifique et éthique d'AREVA, en particulier au président d'honneur (Prof. M. Tubiana), au président François Ewald (professeur au CNAM) , à Mr. Edouard Brezin (Président de l'Academie des Sciences) , etc...

 

 

 
             



 

 

Lettre adressée aux différents membres du Comité scientifique et éthique d'AREVA

                                                           
                 
                 
                 
   

 

     
                     

Saint Leu , 16 mars 2007

           
           
           

Monsieur,

Le Prof. Georges CHARPAK, Prix Nobel de Physique, m’a fait savoir par courrier du 20 mars dernier que le Comité scientifique et éthique d’AREVA ne traite pas les sujets ci-après résumés :

           
                     

 

           
           

a) livraison de matériels sans dossiers de sûreté nucléaire conformes

           
                     

 

           
   



   



  


  
       

b) licenciement du personnel qui n’adhère pas à ces pratiques.

           
                     

 

           
           

Pourtant ces méthodes sont exercées par AREVA qui s’appuie sur des sanctions infamantes et l’organisation de témoignages calomnieux pour fausser les décisions de justice ; ces procédés sont connus pour avoir été utilisés dans l’affaire Dreyfus et j’en suis victime.

Des membres du Comité scientifique et éthique d’AREVA ont été alertés, mais en vain .

Puisque vous êtes membre de ce comité, je vous demande si l’éthique y serait traitée comme une prestation professionnelle sur commande , excluant les aspects qui embarrassent la puissante commanditaire, Anne LAUVERGEON .

Je vous prie , Monsieur, de bien vouloir réagir à la question posée car elle concerne la sûreté nucléaire, les valeurs de vérité et de justice .

Tommaso Fronte .