MANAGEMENT

Jeux de pouvoir et énergie nucléaire
                     
                 
 
                                             
    Anne Lauvergeon évincée                                  
    au moyen d'un dénommé Luc Oursel                                    
                                                                     
                                                                     
                                                                     
       
       
N
U
C
L
E
A
R

P
O
W
E
R

GAMES

 








   
                                                                                                 
                 
      Atomic A     Black horse    
                                                                                 
  P

 

endant les dix années de présidence d’AREVA , Anne Lauvergeon a été classée par la revue Forbes parmi les femmes les plus influentes de la planète et la plus puissante de France ; puis sur décision du président de la République elle a été forcée de céder sa place à Luc Oursel , collaborateur inconnu par le public.

 

Anne Lauvergeon s'est battue pour continuer avec un troisième mandat de présidente d'AREVA , mais a dû laisser sa place à Luc Oursel , un ingénieur qu’elle avait embauché quatre ans auparavant et qui s’était conduit en fidèle serviteur ; elle l'avait promu au poste de directeur commercial d'AREVA sans se douter qu'il serait devenu son concurrent le plus redoutable dans la bataille pour la présidence . Bien que Luc Oursel ait manifesté sa candidature, son nom n'a jamais figuré sur la liste officielle élaborée par le comité chargé d'évaluer les candidats . Cela soulève des perplexités sur l’ambiance et les critères de sélection des dirigeants du nucléaire .

 

D’après le secrétaire d’état à l’industrie, la nomination de Luc Oursel assure la continuité des orientations élaborées par Anne Lauvergeon. AREVA se serait séparé de la vedette numero 1 du nucléaire pour poursuivre dans la même direction avec un obscur subalterne ? Il faudrait expliquer ce concept.

 

 

Des explications il y en a eues peut-être au cours de l’entretien particulier entre le président de la République et Anne Lauvergeon ; mais l'entretien n'a fait l'objet d'aucun communiqué officiel ; le silence semble convenir à l’un et à l’autre des interlocuteur, au point d' oublier les formes les plus élémentaires de la soi-disant politique de transparence du nucléaire.

 

L'opacité est dense et les maigres motifs officiels n’expliquent pas un changement aussi radical dans la gouvernance d’ AREVA , leader mondial du nucléaire; les spéculations sur l’éviction d’Anne Lauvergeon ont proliféré, sans se préoccuper de l’exhaustivité des faits pris en considération .

 

Les silences des nombreux protagonistes de cette affaire pourraient cacher des éléments embarrassants .

 

Tommaso Fronte (juin 2011)

                       
                                                                         
                                                                                         
                                                                                                                                                                                                       
                                                                         
                                                                                                                                                                                                       

© 2008-2011