Désespoir à 20 ans


                       
      D
es parcours scolaires plus complexes ne semblent pas conduire à de meilleurs résultats. Le même jeu d’exercices sur des savoirs de base – écrire, compter – proposé à distance de 20 ans conduit au constat que de nos jours les élèves font nettement plus de fautes. .
       

voir commentaire publié le 24/1/2009 par

   
                                                              UDésespoir à 20 ans, par J. Attali    
   

Attentifs ensemble
Ecole des Mines de Nancy - Hall

    Les études supérieures, filières d'élite non exclues sont exposées au mêmes risques de complexification ; les cours portent sur des sujets certes pointus, mais l’assimilation de leur application n’est pas assurée. Un manuel de Mathématiques de la Finance rédigé par des maîtres de conférence de l’Ecole Polytechnique est un catalogue des savoirs enseignés qui ne laisse aucun doute sur la sophistication accordée à ce domaine : opérateur de Dynkin, théorème Caméron-Martin-Girsanov résultant de la théorie des processus de diffusion… Sophistication mais aussi et sûrement disproportion par rapport au vide déontologique qui est la cause de la crise financière planétaire !
        Il n'est pas possible de ne pas entendre le désespoir des jeunes d'aujourd'hui. Ceux qui font des études sont perdus dans la complexité des parcours, souffrent de la vétusté des lieux d'enseignement, sont souvent pénalisés par l'absence de bourses et de logements étudiants. Ceux qui ne font plus d'études sont au chômage ou trop...
...
texte complet
   
                                               
  :::  Faire confiance aux jeunes, et aux moins jeunes d’ailleurs, conduit à la question de savoir s'ils ont assimilé l’éthique qui régit souvent de manière très concrète l’exercice d’un métier ? Quelle formation reçoivent-ils à ce sujet ? Considérons par exemple l’Ecole des Mines de Nancy , présidée par Anne Lauvergeon, également présidente d’AREVA. Qu’enseigne-t-on à ces élèves sur les comportements à tenir dans les cas similaires à celui qui m’oppose à AREVA, concernant des forfaits aux règles et contrôles de sûreté (FARCS) dans le nucléaire?


::: Moi j’ai refusé d’adhérer à la livraison et au montage sur réacteurs de matériels non conformes aux exigences de sûreté ; par obligation professionnelle j’ai rapporté les anomalies et les autorités de sûreté en ont reconnu la gravité ; mais pour sauver l’image d’AREVA, il n’y a que moi , le rapporteur, qui a été frappé de sanctions, confirmées par quatre arrêts de la Chambre Criminelle de la Cour de Cassation. Ces procédés sont soutenus par Anne Lauvergeon , présidente d’AREVA et de l’Ecole des Mines de Nancy ; elle donne ainsi une sacrée leçon de cynisme à de jeunes élèves-ingénieurs, montrant comment privilégier le profit plutôt que les considérations de sûreté. Dommage pour ces élèves car cette leçon perverse arrive alors qu’ils devraient apprendre tout le contraire : le coeur de métier de l’ingénieur c'st la sûreté et non le silence et l'omerta .


                       
          Tommaso Fronte                                                      
                                               
                                   
                                               
                                                                             

© 2008