Suez menace de quitter la Belgique
La Libre Belgique - 14/10/2009 |

             
      P
our maintenir les centrales nucléaires en exploitation, il serait nécessaire de procéder à de lourds investissements, soit quelque 800 millions
[...]

Analystes positifs sur Suez après le report de la sortie du nucléaire
Le géant de l'énergie GDF Suez, maison-mère d'Electrabel, va profiter de la prolongation de la durée de vie des centrales nucléaires, même si un certain nombre de contre-parties ont été prévues, estiment mardi des analystes. "C'est très positif pour GDF Suez", indique un analyste de CM-CIC, mardi, dans un rapport sur l'action GDF-Suez.

Selon un analyste de Citigroup, la prolongation de la durée de vie des centrales nucléaires crée de la valeur supplémentaire pour le groupe français. L'accord met également un terme à l'incertitude au sujet des centrales nucléaires, ajoute-t-il. CM-CIC a calculé à 600 millions d'euros, soit 30 centimes par action, le bénéfice net issu de la vente d'énergie provenant des centrales nucléaires ouvertes plus longtemps, compte tenu des contre-parties et des investissements nécessaires dans les centrales....
             
            texte complet de l'article                          
               



                         
   

Réaction de Tommaso Fronte, dont le texte a été publié dans le forum de FR 3

                       
      U
n critère décisif pour la durée de vie d’une centrale nucléaire concerne son coût d’entretien qui augmente avec le vieillissement. Coût d’entretien et vieillissement sont des facteurs liés qui ne dépendent pas de l’exploitant ; à moins que l’exploitant décide de réduire l’entretien pour soulager le compte d’exploitation, mais alors c’est le risque d’accident nucléaire qui augmente. Le niveau de risque d’accident n’est pas surveillé par les intéressées, des millions de personnes qui ignorent tout ou presque de l’arbitrage entre coût et sûreté nucléaire. D’ailleurs , plutôt que d’arbitrage , il s’agit parfois de pratiques lucratives persistantes et concertées qui font foin des règles de sûreté et profitent à des opérateurs sans scrupules dont les méthodes rappellent celles de la maffia. Le cas de Tihange est hallucinant d’autant plus qu'il semble bien échapper à l’attention des observateurs et commentateurs belges !
             
                                                                   
   
Durée de vie de centrale nucléaire(T. F.)
    Le niveau de risque d’accident n’est pas surveillé par les intéressées, c'est à dire par des millions de personnes qui ignorent tout ou presque de l’arbitrage entre coût et sûreté nucléaire. D’ailleurs, plutôt que d’arbitrage , il s’agit parfois de pratiques lucratives persistantes et concertées qui font foin des règles de sûreté et profitent à des opérateurs sans scrupules dont les méthodes rappellent celles de la maffia. Le cas de Tihange est hallucinant d’autant plus qu'il semble bien échapper à l’attention des observateurs et commentateurs belgess.

Tommaso FRONTE.
             
                                   
                                             
 
          :::    
                                             
                                             
         
                                             
       
               



                         
               



                         
                                                                             

© 2009