Benoît Mandelbrot : "Il était inévitable que des choses très graves se produisent"
LE MONDE | 17.10.09 | 16h17 • Mis à jour le 17.10.09 | 16h17


Les "choses très graves" dont il est question dans l'article concernent l'économie et la crise de 2008. Voici la réaction de Tommaso Fronte, publiée par Le Monde [2x500 caractères maximum]

             
                             
      L'
analyse fractale condamne les méthodes de l’actuelle finance, mais n’invente pas de modèles efficaces comme celui de Saint-Venant au 19e siècle en [matière de ] «Résistance des matériaux» -Une chaudière est une bulle qui n’explose pas [et il faudrait s'en inspirer].
       

voir commentaire publié le 18.10.09 par Le Monde

   
                                                              Texte de l'article de Le Monde .    
     
Aussi, pour les dimensions des catastrophes ou les conditions contre leur répétition, pensons aux travaux de R. Tom.

Ces jalons sont [également] utiles dans le nucléaire, secteur risqué avec phénomènes rappelant les bulles, la spéculation et les escrocs de la finance.


*


Certains secteurs gratifient le risque (sports mécaniques…) d’autres le réduisent pour prospérer (aviation…), d’aucuns flottent entre ces extrêmes au gré des crises et enfin il y a ceux qui occultent et transfèrent le risque pour en profiter... sans risque! Si ce type de spéculation pouvait être sinon maîtrisé, au moins borné… un espoir serait permis; mais mon vécu dans le nucléaire me rend pessimiste. Un calcul ou un modèle aussi robuste soit-il reste vulnérable à la fraude.

Tommmaso Fronte
        Dès 1964, Benoît Mandelbrot, l'inventeur de la théorie mathématique des fractales, avait perçu que les modèles mathématiques utilisés par les financiers étaient erronés, et avait tenté d'alerter sur leurs dangers. Son denier livre, Une approche fractale des marchés (Odile Jacob, 2004), paru quatre ans avant la crise financière, était prémonitoire. Mais il ne fut guère écouté.
....
texte complet
   
       
L'enigme de la fatalité [détail](1914) De Chirico (Kustmuseum -Bâle)
                           
 
          ::: Réactions de Tommaso Fronte, publiées par Le Monde    
                                             
                                             
         
                                             
       
               



                         
   



   
               



                         
                                                                             

© 2009