24ème suicide à France Télécom, Darcos veut accélérer les négociations
NOUVELOBS.COM | 28.09.2009 | 19:023

             
      L e ministre du Travail, Xavier Darcos, a demandé lundi 28 septembre au PDG de France Télécom, Didier Lombard, d'accélérer les "négociations sur la prévention des risques psychosociaux" au sein de l'entreprise, après le nouveau suicide d'un salarié lundi, le 24e en 18 mois...

Didier Lombard sur place
L'employé s'est donné la mort lundi au matin à Alby-sur-Chéran, en Haute-Savoie, portant à 24 le nombre de suicides au sein de l'entreprise depuis février 2008...

Plusieurs alertes
L'homme de 51 ans, qui travaillait au sein d'une centrale d'appel à Annecy-le-Vieux, a mis fin à ses jours lundi à 9h30 "en se jetant d'un pont" de l'autoroute A41...

"Aucune humanité"
D'après Patrice Diochet, délégué central de la CFTC, l'employé travaillait auparavant dans une agence gérant les relations avec les entreprises et venait d'être muté "vers un plateau d'appels"...

             
            texte complet de l'article                          
               



                         
   

Voici la réaction de Tommaso Fronte, dont le texte a été publié [1000 caractères maximum]

                       
      U
n égout à ciel ouvert

Dans d'autres entreprises que France Télécom les cas de suicide ne sont pas comptés; cela ne signifie pas qu'il n'y en ait pas ou que les conditions de travail soient plus dignes.
             
                                                                   
   
Tentation de St. Antoine [détail] (Lisbonne Museu National de Arte Antiga) J. Bosch
   
Moi dans le nucléaire j'ai dû rapporter des pratiques lucratives ahurissantes auxquelles j'ai refusé d'adhérer; [dans ce secteur] le profit vient avant la sûreté, sinon les sanctions [appliquées à qui ne se plie pas à cette règle ] sont dissuasives; contre moi et contre moi seulement, le rapporteur [de violations de règles de sûreté], la Chambre criminelle de la Cour de cassation a prononcé 4 arrêts et ce n'est pas fini; les dénigrements et les actions de harcèlement sont infligés en silence, pour préserver l'image de l'entreprise et [celle] des organismes qui marchent dans la combine.

Les autorités sont complices, les magistrats n'appliquent pas la loi, la presse se tait... c'est un égout à ciel ouvert, fétide et immobile.


Tommmaso Fronte
             
                                   
                                             
 
          :::    
                                             
                                             
         
                                             
       
               



                         
               



                         
                                                                             

© 2009