Quand la France défend ses centrales nucléaires EPR

Par Catherine Gouëset, publié le 10/11/2009 17:25

             
      L

a volonté affirmée des autorités françaises de développer la filière des centrales nucléaires de troisième génération (EPR) se heurte à une cascade de déconvenues, après des débuts prometteurs. Retour sur les épisodes de cette nouvelle aventure nucléaire française...

Décembre 2003: signature, par un consortium mené par Areva, d'un contrat pour la fourniture d'un réacteur EPR (European Pressurized Water Reactor, réacteur à eau pressurisée européen) à l'électricien finlandais TVO, sur le site d'Olkiluoto. ...

2004
2005
2006
2007
2008 ...


2009
Novembre: les autorités française, finlandaise et britannique demandent à Areva "d'améliorer la conception initiale de l'EPR", qui ne garantit pas en l'état actuel le niveau de sécurité requis....
             
            texte complet de l'article                          
               



                         
   

Réaction de Tommaso Fronte. Texte publié dans L'Express.fr

                       
               



                         
                                   
      E
xaminons comment en France on se bat au sujet des nouvelles centrales nucléaires.
             
          L’EPR, QUE VAUT-IL au juste ? Pour les promoteurs, son excellence ne saurais faire de doute, pour les contradicteurs l’EPR serait un gouffre; ceux qui ont entrepris de construire un EPR vite et pas cher pour clore la controverse, ils ont tout faux car le client finlandais est critique en matière de sûreté.
             
                                                                   
                   
                                                                   
          L’EPR SERAIT DANGEREUX alors qu’il n’est pas en service? C’est que les lois et règlements de sûreté s’appliquent dès la conception des installations; or ces obligations peuvent être violées au profit de pratiques lucratives; la complaisance de diverses instances nationales, internationales et supranationales ne pose généralement pas de problème, mais elle ne serait pas acquise en Finlande ou en U.K.              
                       
          LES PROCEDES DE LA FRANCE dans ce domaine sont impressionnants; 4 arrêts de Chambre criminelle de Cour de cassation condamnent une seule et unique personne qui a refusé d’adhérer à des pratiques lucratives et a rapporté les infractions aux règles de sûreté nucléaire; la presse se tait - le présent article en est un exemple – et le grand public est maintenu dans l’ignorance ; mais cette bravade, ce pied de nez à la Convention Internationale pour la Sûreté Nucléaire (Vienne 1994) au lieu de plaire a dû refroidir les responsables finlandais, qui du coup sont devenus méfiants. DENIGRER les Finlandais qui exigent le respect des exigences de sûreté ? L’opération est en cours.

Tommaso Fronte.
             
                         
                         
                                   
                                             
 
          :::    
                                             
                                             
       
                                             
       
               



                         
               



                         
                                                                             

© 2009