Multiplication des problèmes au CNPE de Flamanville

Par Patrick Bottois, publié le 13/11/2009

             
      L
es incidents se multiplient sur le site de la Centrale nucléaire de Flamanville dans la Manche (650 salariés) ou Cnpe. Alors qu'un réacteur, le numéro 1 est déjà à l'arrêt pour cause de maintenance prolongée, la direction du site a dû arrêter le 11 novembre le réacteur numéro 2, en raison d'un problème technique, et la centrale, qui dispose de deux réacteurs de 1 300 MW, ne produit plus d'électricité...
             
            texte complet de l'article                          
               



                         
   

Réaction de Tommaso Fronte. Texte publié dans L'Express.fr

                       
               



                         
                                   
      A
en juger du nombre de réacteurs nucléaires simultanément à l’arrêt en ce mois de novembre 2009 (30% du parc français ?), il semblerait que la maintenance soit devenue plus curative que préventive ; concernant la centrale en construction à Flamanville, l’EPR d’AREVA , les carences indiquées par les autorités au sujet du contrôle-commande sont particulièrement tardives.
             
                                                                   
          Les problèmes ne sont pas anticipés soit pour incompétence, soit pour éviter des dépenses en jouant sur le hasard, dans l’espoir d'échapper à l'incident ou de l'occulter. .              
                                                                   
          La question est intolérable quand les règles de sûreté nucléaire sont transgressées et c’est dans ces circonstances que par devoir professionnel j’ai dû refuser mon adhésion à des pratiques lucratives persistantes et concertées ; l’autorité de sûreté à reconnu la gravité des anomalies ; les sanctions, d’une sévérité dissuasive, n’ont frappé que moi, le rapporteur : 4 arrêts de la Chambre criminelle de la Cour de cassation ; le silence a été rétabli (pas une ligne sur la presse) et les pratiques lucratives ont été préservées ; elle persisteront sauf incident - il s’agit de matériels classés au plus haut des exigences de sûreté, montés sur des réacteurs avec des dossiers bidons. Cela n’empêche pas que dans les salons les responsables continuent de lever le verre .

Fronte Tommaso.
             
                         
                         
                                   
                                             
 
          :::    
                                             
                                             
       
                                             
       
               



                         
               



                         
                                                                             

© 2009