Areva, Total, Renault : ce qu'en pense le chef de l'Etat
Par Hayatte Gazzane 12 Mars 2010
             
      D
ans un entretien au Figaro Magazine,le président de la République évoque la réorganisation de la filière nucléaire au printemps prochain. Au passage, il revient sur les dossiers industriels brûlants pour dénoncer les délocalisations de Renault et la nécessaire réindustrialisation à Dunkerque...

... Nicolas Sarkozy évoque «la question» Areva, qu'il juge «extrêmement complexe», sans évoquer un quelconque départ d'Anne Lauvergeon, sujet qui fait l'objet de rumeurs persistantes. Pas un mot, donc, au sujet de la patronne du leader mondial du nucléaire. En revanche, le chef de l'Etat s'est exprimé sur Henri Proglio : «Nous avons nommé à la tête d'EDF un très bon industriel», indique-t-il. Le PDG d'EDF a critiqué publiquement la stratégie d'Areva, et qui ne cache pas son souhait de placer EDF comme leader de la filière nucléaire française à l'international....

...
             
            texte de l'article                          
               



                         
     



                         
   

Commentaire par Tommaso Fronte.

                       
                                   
      C
omplexité du cas AREVA. Dans le nucléaire comme en finance, l'impunité des responsables peut aggraver les crises; on l'a vu avec les banquiers; en est-il de même pour AREVA? Considérons des épisodes concernant le contrôle-commande d'installations nucléaires:
           
     

  a)la centrale PAKS 2 connaît avec AREVA l'incident le plus grave en Europe après Tchernobyl, pour un contrôle-commande insuffisant en situation perturbée;

b)les autorités britanniques, finlandaises et françaises rejettent le contrôle-commande de l'EPR, jugé insuffisant en situation perturbée;

c)dans le cadre de mon travail je constate et je rapporte des carences de contrôle-commande, des thermocouples internes des réacteurs (RIC) pour, notamment, l'APE(approche par état) en cas d'accident type Three Mile Island;
             
   
organisation nucléaire
                                           
           la gravité des carences est confirmée par enquête des autorités et que fait AREVA? ce qu'il faut pour que la Chambre criminelle de la Cour de Cass. prononce 4(quatre!) arrêts uniquement contre moi; rapporteur sanctionné, discretion assurée, certes, mais c'est contraire à la Convention Internationale de Sûreté Nucléaire et à chaque fois les clients (EDF, TVO en Finlande...) doivent assumer alors qu'AREVA s'en sort avec des bénéfices ! d'où le malaise; ajoutez qu'un exploitant de centrale nucléaire n'a pas le profil d'un constructeur de centrales et il est donc passablement captif. Est-il admissible qu'AREVA profite ainsi de la situation ?

Tommaso Fronte (www.fronte.org)
             
                         
                                   
                                             
 
          :::    
                                             
       
         
       



   
     
               



                         
                                                                             

© 2009