EPR, un après Tchernobyl
AFP- 15 Mars 2010
             
      L
e réacteur nucléaire de troisième génération EPR a été développé dans le cadre d'une coopération franco-allemande, au lendemain de l'accident de Tchernobyl, qui a conduit à réviser toute l'approche de la sûreté nucléaire. Le projet EPR naît en 1992, en plein "hiver nucléaire", à une époque où l'atome civil est délaissé au profit d'un pétrole bon marché et alors que le souvenir de l'accident de Tchernobyl est encore fort
....

...
Utilisant la technique déjà éprouvée des réacteurs à eau sous pression, l'EPR ("Evolutionary Pressurised water Reactor") se voit assigné comme objectif d'être à la fois plus sûr et plus compétitif que ses prédécesseurs.
...
             
            texte de l'article                          
               



                         
     



                         
   

Commentaire par Tommaso Fronte.

                       
                                   
      A
vrai dire... EPR c'est "European Pressurized Reactor " ; mais l'Europe renoncerait à l'excellence qu'elle voulait incarner en matière nucléaire et le E de EPR ne signifierait plus que "Evolutionary" .
           
     
Quelle évolution ? L'EPR naît en 1992, en plein "hiver nucléaire" et les concepteurs semblent encore plongés dans un état d'hibernation, si ce n'est plus grave, car en 2009 ils ont proposé un système de contrôle-commande qui ne fait pas la distinction nécessaire entre fonctionnement normal et perturbé; les autorités en UK, en Finlande et en France ont dû stopper net cette conception délirante.
             
           L'évolution qui guette consiste à traiter le fonctionnement "normal" et économiser sur les situations dégradées, moins fréquentes, mais tributaires de règles et des contrôles onéreux. C'est une question d'obligations professionnelles, voire de légalité qui, attention, est en déroute! C'est factuel, la Chambre criminelle de la Cour de cassation a prononcé quatre arrêts contre une seule et unique personne qui a refusé d'adhérer à des pratiques lucratives et en rapporté les irrégularités au regard de la Convention Internationale de Sûreté Nucléaire; pas une ligne sur la presse et à force de censure l'image des transgresseurs a été préservée . Mais c'est illégal et une fois de plus irresponsable. Je le sais car je suis le rapporteur sanctionné; imaginez les clients et les investisseurs qui doivent assumer ces méthodes délirantes .

Tommaso Fronte
             
                         
                                   
                                             
 
          :::    
                                             
       
         
       



   
     
               



                         
                                                                             

© 2009