AREVA et EDF participent à l'essor du nucléaire italien
Jean-Guillaume Brasseur , 9 Avril 2010
             
      L
a coentreprise, créée par EDF et l'italien Enel, a signé un accord de partenariat avec Ansaldo, la branche nucléaire du groupe italien Finmeccanica. Ce partenariat de cinq ans prévoit une coopération entre la coentreprise et Ansaldo «pour le développement et la construction de 4 réacteurs nucléaires de technologie EPR qu'EDF et Enel prévoient de construire en Italie» indique EDF...

... De son côté Areva a annoncé avoir signé trois accords avec des entreprises italiennes ce vendredi. Le premier accord, signé avec Ansaldo, permettra aux deux entreprises de travailler ensemble en Italie, dans le cadre du projet de construction des quatres réacteurs mené par ENEL et EDF, mais également dans le reste du monde...
             
            texte de l'article                          
               



                         
     



                         
   

Commentaire par Tommaso Fronte.

                       
                                   
      L
ia voie qui se profile serait une transposition en Italie des méthodes et des structures qui ont fait le nucléaire en France. Certes, les deux pays ont des similitudes : exploitants de taille nationale (EDF, ENEL) , contructeurs liès à l'état (AREVA, ANSALDO)...
           
                         
        Cependant la génération et le traitement des conflits dans ces deux pays sont très différents; par exemple un referendum a autrefois arrêté en Italie des centrales nucléaires en phase très avancée de construction, après que Tchernobyl ait soulevé des controverses devenues inconciliables, ce qui serait impensable en France. C'est qu'en Italie les magistrats et les journalistes sont capables d'indépendance; dans ces conditions il est plus difficile de sanctionner le professionnel qui refuserait de transgresser les règles de sûreté et de faire en sorte que la Chambre criminelle de la Cour de Cassation prononce contre lui 4 arrêts sans une ligne sur la presse, comme c'est le cas - mon cas- en France.

Le nucléaire français sait s'entourer de silence , c'est prouvé, mais il s'agit d'une fausse robustesse toute relative qui dans certains pays peu accommodants , comme la Finlande, devient une fragilité.


Tommaso Fronte
                       
                                             
 
          :::    
                                             
       
         
       



   
     
               



                         
                                                                             

© 2009