AREVA, affaire d'Etat
David BARROUX , 7 Mai 2010
             
      C
e n'est pas à coup de petites phrases, de rumeurs insidieuses, de multiplications de rapports ou de nominations en série d'experts que l'on peut espérer fixer sereinement la stratégie d'un groupe. Depuis plusieurs années, l'Etat-actionnaire a cependant trop souvent géré ainsi sa relation avec Areva. Indirectement en ne tordant pas le cou aux rumeurs. ...
...

... Car, au-delà des problèmes de personnes, le flou dans lequel se trouve aujourd'hui Areva est contre-productif. En laissant accréditer l'idée selon laquelle les comptes de ce géant de l'atome cacheraient des bombes à retardement, l'Etat-actionnaire contribue à fragiliser l'un de ses fleurons. Si ce groupe est mal géré, il est urgent d'agir....
             
            texte de l'article                          
               



                         
     



                         
   

Commentaire par Tommaso Fronte.

                       
                                   
      A
REVA roudoie ses clients stratégiques(EDF, TVO) ses partenaires (SIEMENS) les Autorités de sûreté (exemple: système de commande EPR pour UK, Finlande, France); sa gestion financière est-elle saine (provisions; bénéfices avec cash flow libre négatif... Madoff l'a fait)? Et par rapport au droit national et international AREVA n'est pas présentable (aucun article sur 4 arrêts de Chambre criminelle de Cour de Cass. concernant la sûreté nucléaire). L'Etat est plus que simple actionnaire et ne peut se dérober; c'est dit dans mon rapport Avril-2010 adressé à des exploitants et chefs d'Etats engagés dans le nucléaire : "AREVA très directement contrôlée par un Etat... adopte des comportements persistants contraires à la Convention Internat. sur la Sûreté Nucléaire en dépit des règles fondamentales conçues pour freiner les spéculations abusives. En France c'est le président de la République qui est le garant du respect des traités. On ne croirait pas"
           
                         
              Les centrales nucléaires sont affaires des Etats, Parties à la Convention Internat. sur la Sûreté Nucléaire (Vienne 94); les aspects couverts sont la conception, construction, exploitation...
La France opérant pour la 1ère fois en Finlande, UK, USA... a vu les limites des approches à la bonne franquette. L’EPR en Finlande a souvent été pris en défaut, avec travaux stoppés et humiliations comme celle des Autorités de UK, Finlande et (plus tard) de France, qui en novembre 2009 ont critiqué le système de conduite de l’EPR.
En France la réglementation est conciliante, mais ailleurs elle pèse au point d’avoir stoppé la construction de nouvelles centrales. En France la Chambre Criminelle de Cour de cass. prononce 4 arrêts contre un ingénieur qui a rapporté des problèmes de sûreté et cela, inimaginable dans certains pays, a été étouffé dans le silence. Dans ces cas les beaux discours sonnent faux et depuis des mois on gouverne avec les petites phrases et la rumeur. Forcé!



Tommaso Fronte
                       
                                                             
 
          :::    
                                             
       
         



     



       



     
     
               



                         
                                                                             

© 2009