AREVA: le comité d'audit se réunira ...
Geraldine Amiel (Dow Jones Newswires) 20 Mai 2010
             
      L
e comité d'audit d'Areva SA se réunira vendredi pour la première fois, a déclaré jeudi René Ricol, le coprésident de ce comité, ajoutant que le président de la République l'avait chargé d'apporter "la sérénité" face aux différentes polémiques autour du groupe de technologie nucléaire.
R.Ricol a été nommé au conseil de surveillance d'Areva fin avril, à la demande de Nicolas Sarkozy, dans un contexte agité pour le groupe en raison des difficultés rencontrées avec le chantier de l'EPR finlandais, d'un projet d'augmentation de capital et de frictions entre sa patronne Anne Lauvergeon et Henri Proglio, le PDG d'Electricité de France SA , concernant des contrats entre les deux entreprises. <
>Areva faisait également partie d'un consortium franco-français dont la candidature à un contrat de centrales nucléaires à Abou Dhabi a été rejetée fin 2009. Cet échec a donné lieu à de vives critiques à l'égard de la direction d'Areva.
"Je n'ai aucune inquiétude. Je suis là parce qu'il y a des rumeurs, et que si on laisse les rumeurs continuer, elles vont tuer l'industrie nucléaire [française]", a déclaré R.Ricol lors d'une réunion avec la presse organisée par l'Association des journalistes économiques et financiers.
"Je ne m'inquiète pas vraiment des comptes 2009", a souligné R.Ricol. "Je m'inquiète de ce qui va se passer [dans] le futur, c'est cela qui m'intéresse, les comptes au 30 juin 2010", a-t-il ajouté.
L'Etat français détient, directement et indirectement, près de 93% d'Areva.
-Géraldine Amiel, Dow Jones Newswires; +33 (0)1 40 17 17 40; geraldine.amiel@dowjones.com
Dow Jones Newswires
             
            texte de l'article                          
               



                         
      Commentaire par Tommaso Fronte.                        
                                   
      "R
amener de la sérénité au sein du groupe" AREVA ne saurait être un souhait de contrôleur des comptes comme M. René RICOL, mais devrait résulter d'une transparente objectivité de la situation. Et l'examen de la situation ne devrait se limiter aux comptes.
           
                         
              Or le nucléaire ne brille pas pour l'objectivité, la transparence, la maîtrise des projets; la preuve en est la Chambre criminelle de Cour de Cassation qui a prononcé quatre arrêts contre l'ingénieur, moi, qui a refusé d'adhérer à des transgressions des règles de sûreté et les a rapportées par devoir professionnel. Dans le nucléaire, quand une situation est embarrassante, l'obligation de rapporter devient obligation de silence et la transparence devient discrétion, complicité ou complaisance au service de la "sérénité". Quatre arrêts de Chambre criminelle de Cour de cassation contre une seule personne et pas un seul article sur la presse, en voilà de la "sérénité" solide comme béton et cristalline comme de la purée.

Tommaso Fronte
                       
                                                             
 
          :::    
                                             
       
         



     



       
                                                                             
               



                         
                                                                             

© 2009