L'UMP accepte d'indemniser la ville de Paris pour Chirac

Judith Waintraub , 8 sept 2010
             
      L
e vote qui a eu lieu mardi soir au bureau politique de l'UMP sur la gestion de l'affaire des emplois fictifs de la Mairie de Paris ne recelait aucun suspense, et pour cause : Nicolas Sarkozy avait balisé le terrain mardi matin, au cours du petit déjeuner hebdomadaire de la majorité à l'Élysée. Il a expliqué que l'UMP devait prendre à sa charge une partie de la facture de 2,2 millions d'euros présentée à Jacques Chirac par Bertrand Delanoë en échange de l'abandon des poursuites contre l'ancien maire de Paris, ex-patron du RPR et ancien président. Cette somme correspond aux trois quarts de la facture totale et concerne les emplois fictifs ayant servi à financer le parti..
[...]

             
            texte de l'article                          
               



                         
    Commentaire par Tommaso Fronte.                        
                                   
      L
a justice n'inspire pas confiance en matière de pratiques lucratives irrégulières et les justiciables qui ont les moyens le savent et ils s'en passent .
           
                         
                         
           

                                                     
              Quand la justice est le seul moyen du citoyen sans alternative, le constat est consternant . La Chambre criminelle de la Cour de cassation a prononcé 4 arrêts contre une seule et unique personne , moi, rapporteur de violations de règles de sûreté nucléaire utilisées pour des pratiques lucrative irrégulières; par exemple, argent public finançant des prestations sur la température des réacteurs nucléaires avec un document sans un seul mot "température" sauf que sur le titre... N'importe quel copain peut effectuer de telles prestations et n'importe quel contrôleur peut relever la supercherie. Mais c'est une pratique qui rapporte et alors elle est protégée en haut aussi bien qu'en bas, à gauche aussi bien qu'à droite. La loi appliquée dans ce cas est celle du SILENCE et la personne qui est sanctionnée est l'éventuel rapporteur qui n'adhère pas à l'irégularité. La justice applique cette loi sans la nommer; la presse l'observe sans faire de vagues... en effet, aucun article n'a été écrit sur le 4 arrêts de Chambre criminelle de cour de cassation. Problème: adieu à l'état de droit.

Tommaso Fronte .
       

   
           

                                                     
                                                             
 
          :::    
                                             
       
         



     



       
                                                                             
               



                         
                                                                             

© 2009